Marie-Hélène Masse, professionnelle de recherche du mois

vendredi 29 janvier 2021 | Actualités

La recherche scientifique : sa source de motivation



Axe de recherche Santé : populations, organisations, pratiques

Inhalotérapeute de formation, Marie-Hélène Masse a d’abord travaillé aux soins intensifs, aux urgences ainsi qu’au bloc opératoire avant de faire carrière en recherche. Aujourd’hui, elle est gestionnaire de projets de recherche aux soins intensifs et étudiante à la maîtrise en recherche en sciences de la santé à l’Université de Sherbrooke.

Une passion transmise par la communauté scientifique

En tant qu’inhalotérapeute, Mme Masse a été appelée à participer à divers projets de recherche, dont un portant sur la ventilation mécanique. Une technique avancée fournissant de très petites respirations rapidement pour assister la respiration. Le but de l’étude : sauver la vie de patients souffrant de détresse respiratoire aigüe. Or, ce ne fut pas le cas; la technique s’est avérée plutôt délétère pour les sujets. C’est alors que la jeune professionnelle a réalisé qu’il est primordial de faire de la recherche afin d’améliorer les pratiques en médecine et d’utiliser les résultats des études pour guider les décisions médicales.

« C’est à ce moment-là que j’ai compris que j’étais vraiment intéressée par la recherche. Les gens passionnés savent transmettre leur passion aux gens qui les entourent. On me l’a clairement transmis. »

COVID-19 : le désir de faire sa part

Mme Masse possède une expertise reconnue en coordination d’études cliniques multicentriques de niveau national et international en soins critiques. C’est d’ailleurs ce qui l’amène aujourd’hui à mener des projets de recherche sur le sepsis, la prise en charge des donneurs d’organes et la COVID-19.

Faisant face à la pandémie de COVID-19, les équipes des Drs Frédéric D’Aragon et François Lamontagne, pour lesquelles travaille Mme Masse, ont mis sur pied des études qui permettront d’approfondir les connaissances sur la maladie, telles que LOVIT-COVID, menée par le Dr Lamontagne.

La coordonnatrice de recherche est également en charge de la biobanque des soins intensifs de l’Hôpital Fleurimont, qui sollicite des collaborations avec des chercheurs de nombreuses institutions qui s’intéressent à la pandémie actuelle.

Des réalisations qui portent fruits

Les études sous la responsabilité de Marie-Hélène Masse ont mené au positionnement du Centre de recherche du CHUS parmi les institutions les plus importantes en termes de coordination de soins critiques au pays. La biobanque qu’elle et son équipe ont développée a pris une expansion phénoménale! De celle-ci sont nés plusieurs projets innovateurs, assurant ainsi un rayonnement notoire pour le Centre et l’Université de Sherbrooke.

Être sur son « X »

Le dévouement pour son métier et les exploits de Mme Masse parlent d’eux-mêmes : la professionnelle est bel et bien à sa place en recherche.

« Je suis très chanceuse de faire un travail qui me passionne. Je me sens vraiment sur mon « X » dans le milieu de la recherche. Il m’amène à me dépasser et à repousser mes limites. Après l’obtention de ma maîtrise, je compte continuer à m’épanouir professionnellement. Je suis une femme de défis et je suis confiante que la vie saura en mettre sur mon chemin dans le futur. »

Sa passion et son dépassement sont ressentis par ses collègues :

« J’ai la chance de collaborer avec Marie-Hélène, une professionnelle de recherche d'expérience qui travaille sans relâche. Aucun défi ne lui fait peur! Elle ne baisse jamais les bras. Son énergie et son intégrité la rendent essentielle dans les activités de coordination de recherche. Elle est toujours passionnée par les défis, ce qui contribue à créer un climat de travail très agréable. » – Louise Robert-Petit, assistante technique de recherche, Centre de recherche du CHUS



<< Retour à la liste des nouvelles
Partager