Abdenour Nabid : chercheur du mois

Thursday December 19, 2019 |

Mieux traiter le cancer de la prostate



Axe Cancer : biologie, pronostic et diagnostic, CRCHUS

Radio-oncologue au CIUSSS de l’Estrie – CHUS et professeur à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke, le Dr Abdenour Nabid se spécialise en cancer de la prostate. Ses recherches en la matière lui ont récemment valu l’obtention du Prix de recherche 2019 de la Fédération des médecins spécialistes du Québec. Celui-ci est le reflet de son expertise qui est reconnue à l’international! Le médecin spécialiste s’est d’ailleurs vu attribuer les mentions de Platinum Priority, Editor’s choice et Editorial by expert in the field pour un article scientifique publié dans la prestigieuse revue European Urology. Sans l’ombre d’un doute, le leadership qu’il exerce dans le domaine du traitement contre le cancer de la prostate assure le rayonnement de la recherche unique réalisée en Estrie.

Un travail de longue haleine qui porte fruits

Dans le cadre des recherches cliniques qu’il effectue au CRCHUS, le Dr Nabid a mis sur pied, il y a 20 ans, une étude multicentrique prospective de phase III qui lui permet aujourd’hui de montrer qu’il est possible de diminuer de moitié la durée du traitement d’hormonothérapie des hommes atteints d’un cancer de la prostate agressif non métastatique. La durée peut maintenant passer de 36 à 18 mois, et ce, sans diminuer le taux de survie des patients.

Un traitement plus court et moins désagréable

Jumelée à la radiothérapie, cette découverte permettrait d’améliorer la qualité de vie des patients en réduisant la durée du traitement et par la même occasion, celle des effets secondaires désagréables causés par l’hormonothérapie, tels les bouffées de chaleur, la perte de désir sexuel et la fatigue.

Pour en arriver à une telle diminution du traitement d’hormonothérapie, Dr Nabid et son équipe se sont intéressés à la durée du blocage androgénique chez les patients porteurs d’un cancer de la prostate à haut risque. En bref, ils bloquent la production de testostérone qui stimule la croissance des tumeurs de la prostate. C’est avec une cohorte de 630 patients et un suivi médian de 9 ans qu’ils en sont arrivés à de tels résultats. Ceux-ci font maintenant partie du guide pratique du National Comprehensive Cancer Network, qui met de l’avant la possibilité de traiter des patients avec un blocage androgénique d’une durée d’un an et demi.

Un impact réel pour les patients

Mené dans 10 hôpitaux du Québec et nécessitant la collaboration de plusieurs médecins, infirmières, technologues et physiciens médicaux, le projet de recherche a eu un impact majeur et positif sur la qualité de vie des premiers patients traités. Soucieux d’apporter sa contribution à la recherche en vue d’améliorer les traitements et la qualité de vie des patients qui lui sont confiés, Dr Nabid est la preuve que le savoir de nos chercheurs est porteur d’espoir!

Lire aussi



<< Back to news list
Share